• SHANGHAI BOLÉRO

Les Gonflés explorent la Cour de Pablo Neruda à la Paillade

Type de presse: 
Régionale
Date de publication: 
27/03/2013
Création concernée par cet élément de presse: 

 

Au tableau ! Zat oblige, la Cie Didier Théron a fait une apparition.

Dans leur imaginaire, les organisateurs de la 6e Zat (Zone artistique temporaire) l’ont vue ainsi : une interaction dans la création et des surprises urbaines qui apparaissent puis disparaissent...au grand jour.  La zone doit durer deux jours, les 13 et 14 avril, mais elle vit déjà dans le quartier.  Sa thématique, aérienne et musicienne, a d’abord été aperçue du côté du stade de la Mosson, quand Li Wei, artiste chinois, est venu réaliser des photos d’habitants : quand Marko 93 a réalisé des œuvres de light - painting qui seront exposées durant l’événement.

Des surprises qui vont et viennent
« L’objectif est que la manifestation ressemble à ses habitants, les implique », tout en incluant la richesse associative, les structures artistiques, avec un large programme, en amont, d’ateliers scolaires, du chanteur Dimoné à Laure Pradal, invitée à récolter des témoignages de collégiens de Rimbaud sur leur façon de percevoir le quartier.  La semaine dernière, c’est la Cie Didier Théron et Les Gonflés qui ont investi des établissements scolaires du quartier (Balard, Roosevelt, Jules-Guesde, Léonard-de-Vinci et Pablo-Neruda).

Une cour de récréation et des artistes s’invitant dans les jeux d’enfants ; des enfants qui entrent dans la ronde, chacun s’entraînant dans son univers.  Un jeu de rôles au travers d’un corps déformé et d’un duo de Gonflés prenant peu à peu possession des lieux.  Un banc, un toboggan, une attitude de maître et puis une course d’enfants, rebondissante, sautillante, avec une ribambelle de bambins prenant le même chemin.

Avec leur double peau en latex, imaginée et élaborée par Donald Becker et Didier Théron, « le corps enveloppé d’air trouve une vraie mobilité et des variations infinies ».

Une relation se noue, passée la surprise, et place aux cris et attitudes de connivence.  Puis, c’est la fin de la récré : les jeux d’enfants restent, les artistes disparaissent.  Ils reviendront car ils sont sacrément gonflés! 

Nathalie HARDOUIN

Programme : samedi 13 avril, parc Sophie - Desmarets, « Sacrément Gonflés »
Dimanche 14, à 11h, « La grande phrase », départ de Saint-Paul et déambulation dans le quartier de treize danses d’1 minute.